Infos

Lits et Fauteuils médicaux

Dans un centre de dialyse, chaque patient doit être installé confortablement pour supporter au mieux des séances qui peuvent, suivant les cas, varier de 4 à 8 heures. Le confort du patient : induit une meilleure tolérance de son traitement. Le confort de l’infirmière : – réglage en hauteur de certains fauteuils pour une meilleure précision de la pose et les ponctions des fistules – certains dispositifs permettent en quelques secondes de passer en position de déclive dite de Trendelembourg, soit tête en bas et pieds en haut, en cas de chute de tension, assez fréquente en cours de traitement.

Statistiques

Selon les sources du Ministère de la Santé, il existe en France environ 12 à 15000 machines de dialyse en service en 2006. Le nombre de patients traités en France est de 35 000 environ chaque année soit 5 460 000 traitements dont 12 % environ en DP* / DPA** / DPCA***. statistics-dialyseDans le secteur public les générateurs sont utilisés jusqu’à 3 fois par jour. Ce chiffre est de 4 séances dans le secteur privé. “ près de 3 millions de français souffrent d’insuffisance rénale (IR). 30 000 personnes passent 3 fois par semaine, de longues heures en dialyse, « branchées » sur cette « machine à épurer » l’organisme qu’est le « rein artificiel ». 20 000 autres ont attendu jusqu’à 17 mois une greffe de rein qui épargne en moyenne dix années de dialyse au malade. Le nombre de cas augmente de 5 à 7% chaque année, au point que la maladie est devenue, selon le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, un véritable problème de santé publique.” Source : Le Figaro * Dialyse Péritonéale / ** Dialyse Péritonéale Automatisée / *** Dialyse Péritonéale Continue Ambulatoire.

Une séance d’hémodialyse

Comment ce passe une séance d’hémodialyse ?

Le rôle du personnel soignant :

Le médecin néphrologue diagnostique l’état du patient et prescrit le nombre de séances de dialyse et le traitement adéquat.

Le rôle de l’infirmière est essentiel car c’est elle qui assure le déroulement et la surveillance de la séance.

Chronologie d’une séance de dialyse :

  1. Pesée du patient, lavage / désinfection de l’avant-bras (fistule).
  2. programmation du générateur (temps de dialyse, poids à perdre, débit d’héparine) et vérification que tous les contrôles de fabrication du dialysat soient corrects (température, conductivité).
  3. purge des lignes du circuit extracorporel avec un soluté salé isotonique.
  4. préparation du matériel de branchement : table, masque, blouse, gants stériles, set de branchement (champ, compresses stériles, désinfectant), aiguilles, tubes pour prélèvement.
  5. préparation du matériel pour l’héparinisation du circuit extracorporel.
  6. ponction de l’abord vasculaire et connexion entre les aiguilles et le circuit extracorporel (branchement patient).
  7. début de la dialyse et mise en route de la pompe sur le circuit sanguin (100 ml/mn pendant les premières minutes et augmentation progressive jusqu’à 180-300 ml/mn selon la prescription médicale) et mise en circulation du circuit du dialysat.
  8. surveillance de l’état clinique du patient, sa pression artérielle et vérification des constantes affichées sur le générateur en fonction des prescriptions médicales : héparine, débit de la pompe à sang, pression artérielle, pression veineuse, ultrafiltration horaire, conductivité, température du dialysat, niveaux des pièges à bulles.
  9. vérification, si nécessaire, du temps de coagulation.
  10. restitution du sang présent dans les lignes et le dialyseur par une solution salée isotonique perfusée à partir de la ligne artérielle. Lorsque tout le sang a été restitué, la ligne veineuse est clampée avant vidange du dialyseur et démontage du circuit. Retrait simultané de l’aiguille artérielle, puis veineuse en réalisant l’hémostase du point de ponction par compression pendant plusieurs minutes, pression suffisante pour arrêter le saignement et pas trop forte pour éviter la trombose de la fistule. La compression doit souvent être prolongée lorsque l’abord vasculaire a été réalisé avec du matériel synthétique.
  • Pesage du malade en début et fin de dialyse,
  • Mise à jour du dossier de surveillance du patient,
  • Conseils aux malades (hygiène, régime alimentaire et soins répétitifs), etc…

Dialyseur (Rein)

dialyseurL’hémodialyseur ou rein artificiel fait partie intégrante de la dialyse et sert de filtre semi-perméable à travers le quel les toxines urémiques vont être éliminées et véhiculées via le dialysat à l’égout ainsi que la surcharge pondérale (2 fonctions: travail de diffusion (toxines) et de convection (eau)).
Il existe 3 sortes principales de dialyseurs:

  • dialyseur à haute perméabilité, gamme High flux, à membrane synthétique
  • dialyseur à perméabilité intermédiaire, gamme Low flux, à membrane synthétique
  • dialyseur à membrane cellulosique (gammes Low et Middle flux)

Chaque type de dialyseur a une surface d’échange différente suivant les cas à traiter et peut varier de 0,4 (pédiatrique) à 2,4 m2 (adulte).

Traitement de l’eau

Traitement de l’eau

Générateur de Dialyse

Le générateur de dialyse fabrique le dialysat (adapté au besoin du patient) et assure la sécurité du circuit extra-corporel et recueille les données médicales.

Il y a la possibilité (en tenant compte des marques) d’interconnecter les générateurs de dialyse entre eux et donc de recueillir toutes les données des traitements sur un ordinateur central via un logiciel spécialisé.

  • Mise en mémoire et exploitation des dossiers médicaux.
  • Logistique “on line” des consommables utilisés (gestion des stocks).
  • Personnaliser les traitements de l’hémodialyse.

Générateur de Dialyse

Bienvenue

Bienvenue chez Cades le spécialiste de la vente de matériels médical pour l’hémodialyse et le traitement de l’eau pour les hopitaux, clinique (privé, public).